Onfray ou la Némésis de Freud

Après Dieu, Michel Onfray déboulonne Freud, le freudisme et les freudiens. Les griefs qu’il récapitule en tête de sa conclusion (voir les 3 vidéos de cet article copié/collé de l’Orient Express) sont de trois ordres. Le premier est biographique : Freud aurait eu un comportement malhonnête. En deuxième lieu, sa thérapie n’a pas fait ses preuves. Progressiste ou révolutionnaire, Freud ? En aucun cas, objecte Michel Onfray, qui tient à le mettre également en cause sous l’angle politique. C’était un fieffé conservateur, gardien des bonnes moeurs et partisan de régimes autoritaires.

Au terme de cette analyse, une question s’impose : si Freud fut bien cet affabulateur accablé par un lourd dossier ; s’il a bien été un philosophe qui a détesté la philosophie pour mieux déployer sa pensée dans le seul cadre philosophique ; s’il a très tôt détesté les biographes parce qu’il savait que cette engeance ferait un jour l’histoire de ce qu’il s’est évertué, lui et ses amis, à présenter sous le signe de la légende ; si son odyssée fut celle d’un « aventurier », selon sa propre confidence, prêt à tout pour obtenir ce qu’il revendique obsessionnellement comme un droit : la célébrité et la richesse, la gloire et la réputation planétaire ;

si sa revendication d’être un scientifique légitimé par la clinique cache la proposition subjective, personnelle et autobiographique d’une psychologie littéraire ; si sa grande passion fut l’inceste et qu’il a étendu son fantasme à l’univers entier pour en supporter plus facilement l’augure ; s’il a effacé les preuves du capharnaüm théorique et clinique de son trajet pour présenter sa découverte sous forme d’un continuum scientifique linéaire procédant de son seul génie ;

si ses entreprises d’écritures autobiographiques, notamment l’Autoprésentation et Contribution à l’histoire du mouvement psychanalytique, fabriquent cette version féerique d’un homme génial découvrant tout seul le continent vierge de l’inconscient ; si la clinique freudienne fut une cour des miracles pendant des années, y compris celles du divan ; si le psychanalyste a sciemment falsifié les résultats cliniques afin de dissimuler les échecs de son dispositif analytique ;

si le divan soigne dans la stricte mesure de l’effet placebo ; si l’épistémologie de Freud procède de la seule affirmation performative ; s’il a recyclé le vieux dualisme de la philosophie occidentale en opposant le corps et l’âme sous forme de plasma germinal physiologique et d’inconscient psychique, et ce afin de négliger le premier pour mieux célébrer le second ; si Freud a magnifié la causalité magique, notamment par un usage des facilités symboliques, au détriment de toute raison raisonnable et raisonnante ;

si l’aventure viennoise se contente d’incarner, dans son temps, et selon les tropismes du moment, la vieille logique chamanique des sorciers, des mages, des guérisseurs et des exorcistes ; si le pessimisme de Freud lui fait tourner le dos à la philosophie des Lumières et l’installe du côté de ce qu’au XVIIIe siècle on appelait les Antiphilosophes ;

si, de ce fait, on retrouve Freud soutenant le césarisme autoritaire de Dollfuss ou de Mussolini ; si l’on découvre dans son oeuvre matière ontologique à une phallocratie misogyne et homophobe et non à une pensée de la libération sexuelle – alors : comment expliquer le succès de Freud, du freudisme et de la psychanalyse pendant un siècle ?

Written By
More from Samuel Hounkpe

Cioran …

« j’aimerais etre un caNnibale….non pour le plaisir de manger de l’homme, mais...
Read More

Laisser un commentaire