Genghis Khan – True lengends never die

Genghis Khan fut sans doute le plus grand conquérant de tous les temps. Parti de rien, il a érigé le plus grand Empire continu…

« Un peuple qui peut construire un mur comme celui-ci a certainement un glorieux passé dont il peut être fier » – Richard Nixon Président des États Unis devant la grande muraille de Chine.

« Le peuple qui a obligé à la construction d’un tel mur a certainement un passé au moins aussi glorieux dont il peut être fier » – B.Baabar Historien mongol

Portrait réalisé par Raphaël MENSAH dans le cadre du cours GIE 64375 « Relations humaines dans les affaires internationales », Programme de MBA en gestion internationale de l’Université Laval, Professeur Gérard VERNA.

Gengis Khan
Gengis Khan

« Je suis heureux de vous présenter, la biographie d’un des plus grand conquérants de l’Histoire: Genghis Khan (1165-1227) aussi connu sous le nom de Chinggis Khan, qui veut dire le « Grand Chef ».

Comment ce jeune fils d’un chef d’une des quarante tribus peuplant la Mongolie moyenâgeuse a t-il pu constituer un empire allant de la Chine orientale à l’Europe de l’Est ?

Né en 1165, de son vrai nom Témudjin (le «plus fin acier») Uge, il parvint à réunir sous sa bannière, grâce à un habile sens politique, un bon nombre des tribus nomades de Mongolie.

Après plus de vingt ans de luttes incessantes avec les autres clans rivaux, il réussit à réunir sous son commandement la totalité des différents clans de Mongolie. C’est alors qu’il est proclamé, à 45 ans, Genghis Khan. Comme capitale du nouvel empire Mongol, il décide d’ériger une cité au milieu des plaines de Mongolie, Karakorum.

Malgré une armée assez réduite à ses débuts, Genghis modifia considérablement la géopolitique de l’époque en entamant la conquête de l’Asie. Grâce à sa détermination, son leadership mais également il faut le reconnaître une certaine cruauté, il lui fut possible de faire chuter l’hégémonie turque, stopper l’expansion de l’Islam vers l’est et menacer la chrétienté en Occident.

Grâce à une armada de cavaliers redoutables (200 000), il parvint à étendre les frontières de son territoire, laissant à sa mort le 18 août 1227 un empire dépassant en superficie celui d’Alexandre le Grand. Après l’assaut de la Chine du Nord puis de Pékin (qui brûla pendant 70 jours), la horde mongol réussit à détruire l’empire turc, à envahir une large partie de la Russie, pour enfin prendre contrôle d’une partie du Moyen-Orient en vainquant les armées arabes.

Néanmoins, il serait réducteur de ne voir en Genghis Khan qu’un conquérant barbare, sanguinaire et destructeur.

Il promulgua en effet le «Yassak », un code de lois qui entre en vigueur en 1206 pour tenter de donner une cohésion au peuple mongol. Les peuples vaincus n’y furent pas soumis). Dans ce code, il insista sur le principe de sa souveraineté absolue mais également sur l’importance de l’union des Mongols. Le Yassak était ainsi constitué d’un code pénal strict s’appliquant dans tous les domaines de la vie quotidienne mongole. Il encourageait par exemple le sens de la justice. En effet, tout délit devait être attesté par trois témoins et « Les grands qui oppressaient les faibles étaient condamnés sans appel ». De plus, l’adultère y était sévèrement puni tout comme le fait d’uriner en public. Ce Yassak peut donc être considéré comme « un code civilisateur » promouvant les vertus chères aux nomades. Ainsi, il était du devoir des Mongols de partager leur repas avec les voyageurs de passages.

Il fut sûrement le premier leader à faire preuve d’un certain oecuménisme. En effet, à Karakorum, musulmans chiites et sunnites, bouddhistes, brahmanistes, taoïstes et mêmes chrétiens romains venaient discuter religion et philosophie en toute quiétude.  »

Written By
More from Samuel Hounkpe

La première fois que je suis rentré dans un bar …

... j'avais 10 ans et c'était pour mettre 10 balles dans une...
Read More

Laisser un commentaire